10.01.24

Protection contre les risques pour la santé lors de la manipulation de cytostatiques

Bien que l'on se réjouisse aujourd'hui des effets thérapeutiques des cytostatiques dans le traitement du cancer, ils peuvent être dangereux pour les personnes en bonne santé. Les mesures appropriées et la manière de vérifier leur efficacité sont présentées dans cet article, ainsi que ce qui est nécessaire pour une élimination professionnelle.

Reinraum Close

Lorsqu’un patient est concerné par le cancer, différentes méthodes de traitement sont généralement utilisées, telles que l’ablation chirurgicale, la radiothérapie ou la chimiothérapie, souvent combinées. En chimiothérapie, le médicament peut interagir avec l’ADN, l’ARN ou la synthèse des protéines des cellules du corps en multiplication. Cela bloque la division ou la croissance des cellules cancéreuses, un effet souhaité dans le cas des cellules cancéreuses. Malheureusement, les mêmes sites d’action sont également valables pour les cellules saines, ce qui rend la manipulation de cytostatiques, comme les agents de chimiothérapie, si dangereuse. Cela met également en danger les personnes en bonne santé en contact avec ces cytostatiques, ce qui en fait une menace potentielle pour leur santé.

En cas de contact avec des cytostatiques, des effets corrosifs ou irritants, des dommages oculaires et une irritation des voies respiratoires peuvent survenir. De plus, ils sont classés comme substances CMR, ce qui signifie qu’ils peuvent être cancérigènes (C), mutagènes (M) ou toxiques pour la reproduction (R). Les personnes en contact avec ces substances doivent être protégées et tout risque doit être évité. La question centrale est maintenant :

Comment protéger les personnes en bonne santé des dangers pour leur santé liés aux cytostatiques?

D’une part, des mesures organisationnelles peuvent être prises. Il est nécessaire de concevoir un concept de prévention des risques de A à Z, couvrant l’ensemble du processus, y compris le transport, le stockage, l’élimination et le nettoyage. C’est généralement le responsable de la sécurité au travail qui s’en charge. En général, il est recommandé de veiller à ce que le moins de personnes en bonne santé possible soient en contact avec les cytostatiques, afin de réduire au maximum les risques pour ces personnes. Les mineurs ainsi que les femmes enceintes ou allaitantes doivent être strictement interdits de tout contact avec les cytostatiques. De plus, toutes les personnes travaillant avec les cytostatiques doivent être formées. Il est essentiel de ne pas se limiter aux personnes qui manipulent et administrent ces substances aux patients, mais aussi d’inclure le personnel d’entretien et de nettoyage. Lors de la formation, les techniques de travail pertinentes et les procédures de nettoyage appropriées sont enseignées en théorie, et de préférence également mises en pratique. Il est important de prendre en compte les participants et leur environnement de travail spécifique, en intégrant les conditions locales dans la formation.

D’autre part, des mesures techniques doivent également être prises pour prévenir les maladies professionnelles. Cela signifie qu’il faut idéalement mettre à disposition un espace clos pour la manipulation de ces substances. Cet espace doit être clairement identifié et, surtout, verrouillable pendant la fabrication et la manipulation des cytostatiques. L’utilisation d’une hotte de sécurité (par exemple, de classe II selon la norme DIN12980) ou d’un isolateur est recommandée. En complément, des mesures de protection individuelles doivent être mises en place. De plus, des mesures médicales préventives doivent être prises en cas de déversement ou d’accident.

Afin d’évaluer correctement le risque pour la santé et de vérifier l’efficacité des mesures organisationnelles et techniques, il est essentiel de déterminer systématiquement ce risque. Pour ce faire, l’évaluation de l’exposition est réalisée à l’aide d’une surveillance. La première étape consiste à effectuer une surveillance de l’environnement avec des mesures de la qualité de l’air et des prélèvements sur les surfaces aux points présumés de contamination. Les points de contamination peuvent être identifiés soit en analysant le processus (standardisé), soit en le comparant à des postes de travail similaires. Si l’analyse repose sur le processus, il est nécessaire d’analyser ce dernier à la recherche de causes éventuelles de contamination. Cette surveillance devrait être menée sur une période prolongée afin de pouvoir identifier les anomalies sur une période étendue.

En complément de la surveillance de l’environnement, il est recommandé de réaliser une surveillance biologique auprès des personnes exposées. Cela permet d’identifier et d’évaluer la contamination et le risque pour la santé de chaque individu exposé. Cette surveillance sert également de référence lors de l’évaluation médicale du travail en cas de déversement ou d’autres incidents. Le tableau suivant résume de manière générale les points essentiels de la surveillance biologique et environnementale:

Surveillance environnementaleBiomonitoring
Mesures de la qualité de l’air
Prélèvements de surface
Surveillance de l’exposition
Surveillance des effets
Sélection des surfaces à échantillonnerBilan de santé professionnel
– Points de contamination– Métabolites dans le sang/l’urine
– Comparaison avec des lieux de travail similaires– Détection de l’exposition interne
– Tenir compte d’une possible contamination– Évaluation médicale professionnelle après des incidents
– Surveillance sur une période prolongée
Résumé des principaux aspects pour une surveillance systématique de l’environnement et des employés

La pertinence et donc la qualité de la surveillance environnementale dépendent de la sélection appropriée des lieux d’échantillonnage et de la fréquence à laquelle les échantillons sont prélevés pour la surveillance. Dans ce contexte, il est essentiel de prendre en compte non seulement l’ensemble du processus, comme lors de la conception du concept, mais aussi d’autres points qui peuvent représenter un danger pour la santé des personnes en cas de contamination accidentelle. Il est donc nécessaire d’identifier les zones exposées tout au long du processus, de la livraison des cytostatiques, du stockage, du traitement à l’élimination, tout en réfléchissant également à la possibilité de propagation. L’environnement immédiat, en particulier au niveau de la station de travail (par exemple, le sol sous la surface de travail), peut jouer un rôle potentiellement dangereux. De plus, l’être humain lui-même présente un risque, car il peut involontairement propager les cytostatiques via ses vêtements de protection ou par contact avec l’environnement, comme les téléphones, les poignées de porte, les claviers. Le schéma suivant illustre de manière schématique ce à quoi il faut penser dans la stratégie d’échantillonnage.

Stratégie de prélèvement d’échantillons

Même si vous avez établi un excellent concept et un système de surveillance complet, il est essentiel de nettoyer l’endroit de travail où les cytostatiques sont manipulés. Ce processus de nettoyage doit également être effectué régulièrement et être réalisé par du personnel formé ou des spécialistes. La formation au nettoyage et le concept d’hygiène associé doivent être spécifiques au lieu de travail et définis dans une procédure opératoire standard (SOP). Souvent, cette SOP prescrit un nettoyage avec de la soude caustique à 0,1 M ou un autre nettoyant alcalin, suivi de deux rinçages à l’eau déionisée et d’une désinfection ultérieure à l’alcool (par exemple, à 70 % d’isopropanol). Une fois de plus, il est important de prendre en compte l’ensemble du processus, y compris le nettoyage des zones de stockage. L’élimination appropriée et la documentation du processus de nettoyage devraient conclure cette étape.

Les cytostatiques, et donc la chimiothérapie, sont des composants essentiels et puissants dans la lutte contre le cancer. Pour protéger la santé des personnes contre les risques de contact involontaires, il est nécessaire de mettre en place des mesures organisationnelles et techniques, d’établir une surveillance biologique et environnementale appropriée, de former systématiquement et régulièrement les personnes concernées, et de mettre en place des procédures de nettoyage professionnelles.

Nous vous aidons volontiers à éliminer les cytostatiques : Elimination des cytostatiques | Enzler Hygiene AG.

Références:

  • L. Weber: Gefahrstoff Zytostatikum. Onkologiepflege, 03, 2020
  • S. Gnanasekaran, David Chaperon: Zytostatika-Entfernung: Warum es von Profis gemacht werden soll. Clinikum 4, 2023
  • M. Jost, M. Rüegger, B. Liechti, A. Gutzwiller, Sicherer Umgang mit Zytostatika, Suva, 2/22
  • Dr. André Heinemann, BGW- Bereich Gefahrstoffe und Toxikologie: Zytostatika im Gesundheitsdienst: Informationen zur sicheren Handhabung 02/2019
  • Antje Heise: Zubereitung von Zytostatika in Apotheken: Untersuchungen zur Arbeitsplatzkontamination, Dissertation Ludwig-Maximilians-Universität zu München 2006
Anzahl Likes:0

Donnez-nous votre avis

Ecrire le premier commentaire sur cet article.

Sie müssen angemeldet sein, um einen Kommentar zu hinterlassen.

Urgence
Urgence hygiène
Urgence
Urgence hygiène